Les plantes indispensables pour résister au stress

Les plantes indispensables pour résister au stress

Comment gérer son stress au quotidien de façon naturelle ? La phytothérapie est une alternative qui séduit aujourd’hui toujours plus de nouveaux adeptes. Les plantes médicinales ont un avantage certain sur les médicaments conventionnels, elles n’induisent pas d’effets indésirables lorsqu’elles sont utilisées de manière adéquate.

Vous cherchez des méthodes naturelles pour chasser votre anxiété, gérer le stress des examens ou calmer vos angoisses ? Testez la phytothérapie, ça fonctionne !

5 plantes pour résister au stress quotidien

La bacopa (Bacopa monnieri)

Cette plante médicinale ayurvédique est indiquée pour traiter les troubles nerveux. On l’utilise pour ses propriétés sédatives et anxiolytiques, mais également pour stimuler la mémoire et la concentration intellectuelle.

Outre ses vertus apaisantes sur la sphère nerveuse, elle est aussi employée de manière traditionnelle contre les problèmes digestifs (ballonnements, syndrome du côlon irritable), et pour soulager les douleurs dues aux rhumatismes.

La bacopa peut être utilisée par voie interne sous forme d’extrait sec, en gélules.

Cette plante est toutefois contre-indiquée aux femmes enceintes et allaitantes.

La damania (Tunera diffusa)

Cette plante originaire d’Amérique centrale et des Antilles est connue pour être un tonique du système nerveux. Celle-ci est d’ailleurs conseillée en cas de dépressions légères dues à des périodes prolongées de stress.

Cette plante permet également de soigner les infections urinaires comme la cystite ou l’urétrite.

La façon la plus simple de la consommer est de la préparer en tisane. Pour cela, laissez infuser une cuillère à soupe de damania dans une tasse d’eau pendant 10 minutes. On peut prendre une tasse de tisane par jour, cependant il ne faut pas prolonger pas son usage

L’ashwagandha (Withania somnifera)

L’ashwagandha surnommé aussi « le ginseng indien » est un remède réputé pour favoriser la résistance de l’organisme au stress psychique ou physique.

Ses racines sont composées d’acétylstérylglucosides, et d’alcaloïdes, des molécules aux propriétés sédatives. Elles auraient également un effet antidépresseur.

L’ashwagandha est particulièrement indiquée en cas de surmenage et de fatigue nerveuse.

Celle-ci peut être utilisée en extrait secs (gélules) ou bien en décoction des racines.

Cette plante médicinale est déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes

La rhodiole (Rhodiola rosea)

La rhodiole peu connue par chez nous, est pourtant utilisée depuis des siècles en médecine russe. On l’utilisait déjà pour traiter les troubles nerveux.

Le rhizome de cette plante apporte des bienfaits psychostimulants. Elle permet non seulement d’augmenter la résistance au stress mais aussi de stimuler les défenses immunitaires. La rhodiole piège les radicaux libres et ralentit le processus de vieillissement.

Celle-ci peut être préparée en décoction du rhizome.

La ballote noire (Colutea arborescens)

La ballote noire est employée avec succès comme sédatif de tous les troubles nerveux : angoisses, bouffées de chaleur, tachycardies. Elle fait d’ailleurs partie de la composition de certains médicaments contre le stress.

En dehors de son utilisation comme calmant, celle-ci est diurétique, et vermifuge. En Amérique du nord, la ballote noire est utilisée contre les nausées et les vomissements.

Il possible de consommer cette plante en infusion des sommités fleuries.

La provenance des plantes médicinales est-elle à prendre en compte ?

Choisissez des plantes issues de l’agriculture biologique, ainsi vous éviterez d’apporter à votre organisme des résidus d’engrais et de pesticides.

Il est également possible de récolter des plantes médicinales dans la nature, mais il faut s’assurer de les cueillir loin de toute source de pollution.

Précautions générales d’usage de plantes médicinales

  • Si vous êtes sous traitements médicamenteux, ne prenez pas de plantes médicinales sans l’avis d’un spécialiste. Les principes actifs des plantes peuvent entrer en interactions avec les molécules du médicament, modifiant ou annulant ainsi l’effet du traitement.
  • Les femmes enceintes et allaitantes doivent être vigilantes quant à leur utilisation de plantes médicinales.

 

 

 

 

Post Author: admfloralpina